Rénover or not? Les travaux, vus par une fille.

By E.

Maintenant que nous sommes confortablement installé dans l’appartement de nos rêves (oui oui, n’ayons pas peur des mots), l’heure est au bilan d’un point de vue « humain ». Voici donc le récit de mon expérience, et mes humbles conseils si tu as envie de te lancer dans cette grande épopée qu’est la rénovation intégrale d’un appartement!

rénover_ 144

En résumé

Il nous a fallu un an et demi pour rénover entièrement les 80m2 de notre appartement. Plus précisément, c’est un an et demi de weekends + quelques vacances en continuant à travailler à coté. Quand je dis « rénover », ce n’est presque pas vrai, car nous n’avons gardé que les murs extérieurs et le toit, tout à l’intérieur a été refait. En fait, c’est quasiment de la construction. Construction de cloisons, de plafonds et de plancher, isolation, électricité, plomberie, puis enduit et peinture, pose du parquet, finitions… Tout ça tous seuls, sans artisans.

Vu comme ça, on peut oublier tout ce qu’il y a autour, et qui, pourtant demande énormément de temps et d’énergie:

  • achat et transport des matières première (Go to LeroyMerlin les samedis d’affluence et louer un camion, 1 tonnes 800 de plaques à monter au premier étage, retour à LM en urgence, car on a oublié d’acheter les vis…);
  • évacuation des gravas (allé-retour à la déchèterie, plus de 8 tonnes de gravas dans ma petite voiture, une Yaris, qui a souffert la pauvre);
  • plan des pièces (avec les côtes, l’élec et la plomberie) ce qui veut dire qu’il faut tout prévoir à l’avance et chercher des solutions aux divers problèmes rencontrés. Mais au final je peux vous dire que « tout est faisable, tout est réalisable ».

Nous avons tout appris sur le tas, soit grâce à notre entourage, soit en regardant des tutos en vidéo (ça change des tutos beauté ^^). Nous avons seulement fait faire par des artisans ce qui demandait beaucoup de techniques ou de moyens: l’isolation du plafond, une ouverture dans un mur porteur et le raccordement au gaz.

On fonce?

Pour se lancer dans une telle aventure, il faut d’abord être profondément motivée et je dirais même qu’il faut être entourée de personnes motivées! Pour ma part, depuis que je suis petite, je rêve de retaper une maison abandonnée, c’est un truc que j’ai toujours voulu faire: partir d’une ruine pour en faire un château (je crois que ça vient d’un livre de Martine). Mon mari-chéri était lui aussi motivé mais pour d’autres raisons: rénover soi-même permet de s’offrir plus que ce qu’on peut avoir en faisant faire ou en achetant tout fait. (Il faut quand même savoir que tous les deux n’étions pas forcément de gros bricoleurs à la base.)

Autour de nous, un coté de la famille avait construit seul l’intérieur de sa maison, et l’autre était bien expérimenté; nos amis aussi étaient plutôt du genre très bricoleurs. Mon beau-père est électricien, notre ami M a déjà rénové un appartement. Bref, nous n’étions pas seul, ce qui est, à mon avis, indispensable.

rénover_ 141

Mon ressenti

D’un point de vue « couple », il faut s’attendre à traverser des hauts et des bas… Des hauts quand on est heureux de travailler ensemble, de voir les choses avancer, de choisir tel ou tel aspect de la construction… Des bas, quand on est fatigués de passer tout notre temps et notre argent dans quelque chose qui ne semble jamais se finir, quand on a pas envie de s’y mettre ou que l’un des deux n’y met pas du sien.

D’un point de vue « jeune femme moderne » (moi, héhé); si les garçons s’éclatent, la plupart du temps, à bricoler, pour nous ce n’est pas toujours rose et pailleté. Il faut pouvoir supporter les nuages de poussières, dans les cheveux, sur le visage, et jusque dans les narines. Mais aussi les ongles systématiquement cassés, les mains en charpie, les tenues de travaux toute plus ceignantes les unes que les autres, le froid, le bruit (j’aime pas les gros bruits) et les réveils tous les samedi/dimanche. Bref, il faut mettre de coté le confort d’une vie girly, surtout si on vit à coté des travaux ou carrément dedans (car là, la poussière rentre aussi chez toi). En résumé, physiquement c’est assez difficile pour une fille; que ce soit au niveau de la peau (laine de verre sur peau réactive = exzéma pendant un an) et au niveau du corps (porter des charges lourdes ou se contorsionner pour visser, provoquent courbatures et blocages)… Mais c’est aussi un bon moyen pour une chochotte (comme moi) de s’endurcir. ^^

rénover_ 137

Vu comme ça, j’avoue que ça donne pas forcément très envie, mais il faut aussi noter tous les petits moments de bonheur qu’il y a autour du chantier et qui sont infiniment agréables. Comme partager du temps avec les gens que l’on aiment; les éclats de rires à 3m de haut; les bons petits repas ou gouter de travaux; quand on est tous dégueulasses à LeroyMerlin et qu’on s’en fout; ou les divers exploits des uns et des autres…

Pour finir…

Attention à être endurant sur la longueur, il y a toujours des retards non prévus, il faut apprendre à être patient. Attention à la vie de couple, difficile d’avoir une vie amoureuse normale avec un tel chantier, il faut arriver à s’arrêter de temps en temps. Attention aux gens que l’on aiment, il faut qu’ils soient content de venir aider, si c’est un fardeau cela n’a plus aucun sens. Attention à soi-même, enchainer le boulot et les weekends de travaux c’est très fatiguant, il faut s’écouter et ne pas dépasser ses limites. (autant de bons conseils que je donne mais que je n’ai pas forcément appliqués ^^)

rénover_ 138

Mais à part ça, quand le résultat est là, c’est un peu le paradis! La larme à l’oeil, tout est exactement comme on l’avait imaginé, en mieux car c’est nous qui l’avons fait, de nos petites mains. Et il y a déjà des tonnes de souvenirs dans ce lieu. Nous vivons dans un bel appartement que nous n’aurions pas pu nous offrir dans ce quartier. Et aussi: nous sommes désormais pointu en bricolage, nous avons appris les bases de beaucoup de techniques, ce qui nous permettra, peut-être dans le futur (futur lointain ^^), de recommencer!

Salon

Voilà, j’espère que mon expérience va pouvoir en aider certaines, n’hésitez pas à me poser des questions dans les commentaires!

Ciao ;)





Rendez-vous sur Hellocoton !

Deco #2: Moderniser des fenêtres en PVC

By E.

Je ne sais pas pour vous, mais moi j’ai toujours fantasmé sur les fenêtres noires en aluminium que l’on voit dans les maisons d’architectes. Je trouve ça vraiment graphique, comme si la fenêtre était un cadre qui présentait l’extérieur en tableau (c’est beau!):

fenetre_alu

Evidemment, on ne change pas ses fenêtres tous les 4 matins (et puis, le prix des fenêtres alu, on en parle?…). Mais, reprenons espoir : il y a quelque chose à faire, à moindre coût, pour moderniser ses fenêtres: les repeindre of course!

Les miennes étaient en PVC blanc-bleuté, assez récentes mais elles manquaient cruellement d’originalité.

moderniser_ses_fenetres_ 133

Peindre du PVC, ça peut faire flipper, donc voici étape par étape, comment procéder:

Il faut:

moderniser_ses_fenetres_ 129

Je vous conseille cette marque de peinture qui est vraiment pas mal je trouve, si jamais vous en prenez une autre, lisez bien la notice pour voir si la procédure est la même.

Donc c’est parti: on demande à un homme, un vrai, de démonter les battants des fenêtres (ça peut être lourd) et on se met à plat pour un gros nettoyage à la lessive.

moderniser_ses_fenetres_ 124

Ensuite, on ponce légèrement, mais surement, toutes les parties à peindre, cette étape est primordiale sinon la peinture ne tiendra pas. Il faut vraiment bien tout poncer (les petits bords, les charnières, les coins…)

moderniser_ses_fenetres_ 123

Puis, on s’applique pour coller le scotch de peintre sur la vitre, à ras du plastique blanc, sur le joint de la fenêtre.

moderniser_ses_fenetres_ 125

Et c’est parti pour la première couche, on applique une couche fine au rouleau:

moderniser_ses_fenetres_ 126

Au pinceau dans les recoins, mais en finissant toujours par passer le rouleau pour qu’il n’y ai pas trace de pinceau. Attention aussi à ce qu’il n’y ait pas de goute, juste une couche fine.

moderniser_ses_fenetres_ 127

A la fin de la première couche, il y a des zones où on devine encore le blanc dessous, c’est normal:

moderniser_ses_fenetres_ 128

On peint ainsi les battants et le montant de la fenêtre. C’est fini pour la première couche!

Pour la deuxième couche, je n’ai pas pris de photo car la procédure est la même. Si on peint la deuxième couche plus de 6h après la première, il faut repasser un très léger coup de ponçage, puis appliquer la peinture toujours en couche fine, au rouleau et pinceau.

Après cette étape, on enlève délicatement le scotch.

Le lendemain, on peut remonter la fenêtre et mettre une jolie poignée.

Et voilà le résultat!

10032014-DSC_7889

19032014-DSC_7911

S’il y a des petits accros, on peut toujours appliquer des points de retouche avec le petit pinceau.

Une astuce aussi: si les bords du montant ne sont pas nickel et que la peinture a bavé sur le mur, on peut appliquer un joint silicone blanc (ou de la couleur du mur) sur tout le contour du cadre.

Pour conserver les rouleaux et pinceaux pleins de peinture: les mettre dans un sachet de congélation fermé, dans le bac à légume du frigo. On peut sans problème les conserver ainsi plusieurs jours.

A vos rouleaux et à la prochaine!





Rendez-vous sur Hellocoton !

Organiser un repas japonais de A à Z

By E.

Il y a quelques semaines nous avons été invité pour une sushi party par nos amis grand fan du Japon. Ni une, ni deux, j’ai dégainé l’appareil photo car je savais que la soirée allait envoyer du lourd en niponeries (déjà, dans leur appart on se croirait à Tokyo).

Voici donc les recettes et les tips pour passer une soirée au Japon :)

Déjà en apéro, on peut s’offrir des Edamame (chez picard) qui sont des fèves vertes de soja salé. On ne mange que les grains, c’est chaud, c’est très bon. Pour rester typique, les apéro au Wasabi (la moutarde des japonais) sont bienvenus et la liqueur de prune (Umeshu) très douce aussi!

faire_des_sushis_3 (1)

Pour l’atelier Sushis/Maki/Makizushi (= gros maki), il vous faut:

  • du saumon cru (et/ou thon rouge, crevettes cuites)
  • du concombre et/ou de l’avocat et/ou du radis japonais en saumure (Daikon)
  • des feuilles d’algue Nori
  • des graines de sésame
  • du wasabi
  • du riz gluant froid (500g de riz pour 600ml d’eau + vinaigre de riz + sucre: recette ici)

Pour faire des Yakitori (brochettes):

  • du blanc de poulet
  • des blanc de poireaux
  • de la sauce à Yakitori (de marque Kikkoman par exemple)
  • des pics

Pour faire les Inarizushi (c’est une sorte de sushis, des pochettes sucrées):

  • des poches de soja frit (en conserve)
  • du riz gluant froid

faire_des_sushis_2 (1)

Coté matos:

  • des tapis à sushis
  • des bols d’eau pour tremper les couteaux (ou les doigts) quand ça devient trop collant
  • des bons couteaux
  • des planches à découper

faire_des_sushis_1 (1)

C’est parti!

Pour faire des Makizushi (très intéressant car ce sont les plus garnis):

Couper le concombre et le poisson en barre de la même longueur que la largeur des feuilles d’algue.

faire_des_sushis_15 faire_des_sushis_16

Poser une feuille d’algue entière sur un tapis (positionner les cordelettes en haut). Puis étaler le riz en couche fine, on doit presque encore voir la feuille à travers, il faut laisser un liseré sans riz en haut de la feuille.

Ensuite positionner le poisson, et les légumes que l’on veut (on peut mettre beaucoup de garniture) en bas de la feuille. Et rouler le tapis en appuyant bien pour que la garniture reste en place (on peut mettre les doigts).

sushi

On continue à rouler le Makizushi sur lui-même et on le colle en mettant un peu d’eau sur la partie restée sans riz (en haut). Et voilà, on obtient un beau rouleau!

faire_des_sushis_14 faire_des_sushis_7

Il n’y a plus qu’à découper des tranches.

faire_des_sushis_ faire_des_sushis_4

Pour faire des maki, c’est la même chose mais avec une demi-feuille et moins de garniture.

Pour les sushis:

Faire une petite boule de riz avec les mains.

faire_des_sushis_5

Etaler un peu de wasabi dessus et coller une tranche de saumon.

Pour la petite histoire: le wasabi sert à ce que le poisson ne tombe pas quand on trempera le sushi dans la sauce de soja; car au Japon, on trempe toujours le coté poisson dans la sauce, pas le riz.

faire_des_sushis_6

Pour les inarizushi (sucré, que l’on peut donc comparé à un dessert):

Ouvrir délicatement les pochettes, fourrer de riz et refermer la poche.

faire_des_sushis_9

Pour les Yakitori (brochettes):

Faire des brochettes de morceaux de poulet et de poireaux crus puis faire cuire à la poêle avec de la sauce à Yakitori.

faire_des_sushis_1

Et Voilà!

faire_des_sushis_3

faire_des_sushis_2

faire_des_sushis_ (1)

Bon appétit et, une fois n’est pas coutume, ciao sur un miaou!

faire_des_sushis_8





Rendez-vous sur Hellocoton !

1 2 3 81